nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

« Essayez-vous pour un troisième ? »

« Essayez-vous pour un troisième ? »
Crédit photo: Pixabay

Quand des étrangers demandent à un couple s’il veut un autre enfant, ils se permettent une incursion dans un sujet très personnel. Une petite conversation sur la dilatation du col avec ça ?

Il y a peu de barrières qui ne tombent pas pendant la grossesse. Les couples qui avaient jusqu’alors réussi à ne jamais péter en présence de l’être aimé se sont habitués à parler d’hormones, de membranes et de notre capacité à faire du lait. Ils ont aussi tellement vu l’obstétricien que les frottis cervicaux sont devenus aussi routiniers qu’une visite chez le dentiste. Au sein du couple, les conversations biologiques sont donc de moins en moins taboues et on s’y habitue. C’est quand les autres s’en mêlent que les choses se gâtent.

« J’ai deux enfants, mais toi, tu devrais en avoir trois »

La famille et les amis n’ont pas particulièrement de scrupules quand vient le temps de planifier notre vie. On entend des choses comme : « Un enfant unique, c’est toujours malheureux » ou « Deux c’est bien, mais trois c’est mieux ». Ce qui est d’autant plus drôle, c’est que les proches en question n’ont pas souvent fait ce qu’ils prêchent. Certains n’ont même pas eu d’enfants, mais ils ne se gênent absolument pas pour nous suggérer d’améliorer notre famille, comme si nous étions trop fatigués et naïfs pour anticiper notre avenir intelligemment.

La plupart veut bien faire, il faut le dire. Ces proches veulent éviter à nos enfants de vivre ce qu’ils ont vécu pendant leur propre enfance. Souvent, ils veulent aussi partager leur propre expérience, comme pour faire un peu partie de notre famille en y mettant un petit grain de sel. Mais ajouter un enfant à une cohorte déjà bien animée n’est pas un si petit grain de sel et il n’est pas toujours aisé de le leur faire comprendre poliment.

Source: Pixabay

Sors de ma chambre, ma tante Sylvie !

Un autre aspect de cette incursion dans notre vie privée est l’atteinte à notre pudeur. Certes, plusieurs couples sont parfaitement à l’aise d’aborder leur sexualité en pleine soirée familiale et en présence du vieux Tancrède qui a bien besoin de rire. Mais pour d’autres, la sexualité est vraiment taboue. Ça ne veut pas dire que ces couples n’ont pas de libido, mais ils ne veulent pas nécessairement l’étaler en public. C’est une question de valeurs.

Pour ces couples, il est un peu mal venu de parler d’agrandir la famille. Surtout quand l’inquisiteur est insistant, voire déplacé. On a beau avoir travaillé ensemble pendant un an ou être de la même famille, on n’a pas nécessairement envie de parler de notre fertilité avec autrui. On ne ressent pas toujours le besoin de parler de pose de stérilet ou de pilule avec des étrangers non plus. Et quand on est un peu introverti, on a encore bien moins envie de parler de la fréquence de nos rapports sexuels avec la tante Sylvie.

On ne peut plus rien dire !

Bien entendu, ça ne veut pas dire que plus personne n’a le droit de s’intéresser à la vie de ses proches. Mais il vaut probablement mieux s’en tenir aux conversations sur les prouesses du petit deuxième avec les couples plus timides. C’est d’ailleurs la meilleure façon de devenir leurs confidents, si vous êtes du genre curieux.

Peut-être bien qu’ils annonceront l’heureuse nouvelle que vous attendez dans quelques mois. Qui sait ? Vous pourrez partager la bonne nouvelle à ce moment-là. Et si vous aimez les agacer et que vous avez gagné en proximité entre temps, vous pourrez toujours vous rattraper et les rendre mal à l’aise quand viendront les questions de dilatation du col.

Rythme au travail (Mauricie)

En direct de 13:00 à 16:00

2162
100

Rythme au travail (Mauricie)
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.