• Accueil
  • La pression du cercle d'amis

La pression du cercle d'amis

La pression du cercle d'amis Crédit photo: Maman pour la vie

Cet article est une collaboration avec Mamanpourlavie.com et a été rédigé par Marie-Ève Bourassa 

Lui, il peut se coucher plus tard; lui, il a le droit de jouer à ce jeu vidéo; elle, elle peut marcher seule pour aller à l’école… Faut-il accorder nos flutes selon la pression du cercle d’amis de notre enfant?

Sa grande amie porte telle marque de vêtements, elle collectionne un jouet X, et a même un iPod touch! Son meilleur ami, lui, peut se coucher bien plus tard, il peut faire du vélo sans la supervision de ses parents et il a le droit de jouer à des jeux vidéo les soirs de semaine…

La pression du cercle d’amis

L’influence de l’autre arrive dès la garderie, mais est de plus en plus importante une fois que l’enfant gagne les bancs d’école. Entouré de camarades du même âge que lui (et parfois plus vieux), votre enfant peut bien sûr être influencé par les comportements et les avoirs des autres, ce qui est tout à fait normal!

En effet, on veut tous être acceptés au sein d’un groupe, un besoin qui est d’autant plus important lorsqu’on est jeune. Ce désir, qui commence au primaire, est aussi bien présent au secondaire. La pression des amis n’est pas nécessairement négative : par exemple, si votre enfant est entouré de copains qui réussissent bien à l’école, il pourrait être tenté de redoubler d’efforts pour mieux réussir, lui aussi. Bien entendu, cette pression peut aussi être négative : votre enfant parle différemment, est insolent… Heureusement, plusieurs études ont démontré que les parents exercent toujours une plus grande influence sur leurs enfants, surtout en ce qui a trait aux valeurs morales. Ce qui n’est pas nécessairement vrai pour les choix vestimentaires et les jeux…

Maman pour la vie

Source: Maman pour la vie

Développer sa personnalité

Être influencé ne veut pas nécessairement dire être influençable : ce n’est pas parce que votre fille veut un sac à dos de la même marque que sa copine qu’elle n’a pas de colonne ou de personnalité. En fait, elle est précisément en train de forger sa personnalité, et ceci passe immanquablement par l’acceptation au sein d’un groupe. Évidemment, vous ne devez pas flancher aux moindres demandes sous prétexte qu’elles répondent à ce besoin.

C’est aussi à travers vos refus, et les différences d’avec son cercle que votre enfant découvrira qui il est véritablement. Elle veut telle marque de jeans? D’accord : mais pour quelle raison? Combien coûte le fameux vêtement? S’il est, par exemple, trop dispendieux, vous êtes bien sûr en droit de refuser – tout en expliquant la raison. Vous pourriez aussi en profiter pour lui enseigner quelques notions à propos de la valeur de l’argent en acceptant, par exemple, de donner un certain montant pour le vêtement (ce que vous auriez donné habituellement). Votre enfant devra payer la différence avec ses économies.

Une question de valeurs

Les amis ne possèdent pas seulement des choses qui risquent de tenter votre enfant : il arrive aussi qu’ils aient droit à des permissions différentes. Ceci étant dit, il est important de relativiser : ce n’est pas parce que votre enfant prétend que son copain peut se coucher une heure plus tard que lui que c’est vrai! Peut-être que son ami a dit ça pour se rendre intéressant, ou peut-être que votre enfant souhaite vous faire craquer avec cet argument qu’il croit béton.

Écoutez néanmoins les demandes de votre enfant, et si elles vous paraissent irrationnelles, expliquez-lui pourquoi. Tous les enfants sont différents, après tout. Si un tel peut marcher seul pour aller à l’école, ça ne veut pas nécessairement dire que votre enfant est prêt, ou peut-être reste-t-il plus loin de l’école… Bref, le simple fait qu’un copain a le droit de faire quelque chose ne justifie pas que vous changiez les règles de votre maison, qui ont été établies en fonction des valeurs de votre famille et de sa sécurité.

Maman pour la vie

Source: Maman pour la vie

Encourager l’enfant à prendre des décisions judicieuses 

Ultimement, il faut encourager votre enfant grandissant à prendre des décisions justes :

  1. Favoriser l’estime de soi : en lui faisant comprendre que son bien-être vous est plus cher que tout. Témoignez-lui du respect, en écoutant ses demandes et en prenant le temps de lui expliquer le pourquoi de vos refus. Souvenez-vous que vous devez aussi lui donner la chance de se prouver.
  2. Développer la pensée critique : en lui expliquant clairement les raisons qui motivent vos choix, vous lui permettez de mieux comprendre et, ainsi, de développer sa pensée critique. Ceci est essentiel, puisque vous ne serez pas toujours là pour prendre les décisions à sa place! Soyez à l’écoute de ses sentiments, sans le juger.
  3. Favoriser l’autonomie de l’enfant : il faut aussi dire oui, parfois. Vous montrez ainsi que vous avez confiance en votre enfant! Ainsi, en aidant votre enfant à gagner en confiance et en autonomie, il sera beaucoup mieux équipé pour composer avec les pressions de son cercle d’amis, puisqu’il aura assez d’assurance pour prendre ses propres décisions.

Bref, on ne cède pas à tout. Mais on ne dit pas toujours non pour autant! Souvenez-vous comme il est agréable d’avoir la même paire de lunettes, ou le même sac à dos que sa meilleure amie! Il faut aussi encourager l’initiative, et l’indépendance de l’enfant : être différent, c’est un plus! Il faut trouver l’équilibre, quoi! Enfin, l’important, c’est d’écouter son enfant, tout en se sentant respecté dans nos valeurs et nos limites. Soyez réceptive et à l’écoute : ce qui signifie aussi, autant que faire se peut, de connaître le cercle d’amis de votre enfant.

Rythme au travail (Mauricie)

Rythme au travail (Mauricie)

avec Claudia Ebacher

En direct de 08:30 à 11:30
1816
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.