• Accueil
  • 10 situations où il ne faut jamais utiliser sa carte de crédit pour le paiement

10 situations où il ne faut jamais utiliser sa carte de crédit pour le paiement

10 situations où il ne faut jamais utiliser sa carte de crédit pour le paiementcanva

1 / 10
Quand une adresse Web ne débute pas par «HTTPS»
S’il n’y a pas ces cinq lettres dans la barre d’adresse du site vers lequel vous voulez faire un paiement, c’est qu’il n’est pas sécurisé. «HTTPS est un protocole de communication sécurisée de réseaux informatiques très courant sur lnternet», explique Robert McKee, avocat et membre de l’International Association of Privacy Professionals.

«Son but premier est d’authentifier le site visité et de protéger la vie privée et l’intégrité des données échangées.» L’adresse URL débutant par «HTTPS» est sécurisée pour l’emploi d’une carte de crédit. Mais si le «S» n’est pas là, il faut vous retirer de la transaction en ligne et utiliser un système tiers, comme PayPal. Les sites de ce type agissent comme une barrière supplémentaire entre l’entreprise et vos informations de crédit. Et si rien ne va, le paiement en personne est la solution.


2 / 10
En réponse à un courriel
Il vaut toujours mieux donner votre numéro de carte de crédit par téléphone (seulement si c’est vous qui avez pris l’initiative de l’appel – voir plus loin) ou même par texto, plutôt que par réponse à un courriel. «C’est une technique appelée l’hameçonnage, qui emploie les courriels pour obtenir votre numéro de carte de crédit pour un achat non autorisé», prévient Stephen Lesavich, avocat, expert en cartes de crédit et auteur à succès. Ce fût le cas pour Bruce, qui s’est fait arnaquer par un imposteur dans sa boîte courriel.

Avant de cliquer sur un lien, cherchez des pistes d’hameçonnage comme les fautes d’orthographe, l’usage inhabituel de la langue et les logos suspects. Un autre moyen est de survoler le lien sans cliquer pour essayer d’identifier l’URL. Cherchez ce même site en dehors du courriel et comparez. Face à toute anomalie, il est conseillé de suspendre la transaction.


3 / 10
Quand des collecteurs de fonds de bienfaisance vous abordent dans la rue
Il est assez fréquent, et surtout dans les grandes villes, qu’on vous aborde pour obtenir une contribution monétaire pour l’environnement, la protection de l’enfance ou le soin des animaux, parmi tant d’autres. On peut aussi vous demander votre nom pour vous recontacter. Mais méfiez-vous si on vous demande un numéro de carte de crédit. «On emploie ces causes humanitaires pour jouer sur vos sentiments et vous inciter à débourser, prévient Stephen Lesavich. Et bien que certaines causes soient réelles, d’autres pourraient être une arnaque visant à obtenir vos informations de crédit.» Si vous voulez contribuer à l’une de ces causes, le plus prudent serait de consulter leur site et d’y envoyer votre paiement si le site en question est sécurisé.


4 / 10
Au téléphone
Il vaut toujours mieux éviter de divulguer vos informations de crédit au téléphone pour la simple raison que vous ne connaissez pas l’usage qui en sera fait lorsque vous aurez raccroché. Vous ignorez aussi si elles peuvent être entendues, que ce soit par les gens autour de vous, un intrus en ligne ou même votre interlocuteur qui peut tout recopier.

«Le cas le plus courant d’échange d’information de cartes de crédit au téléphone se produit lors de commandes de repas», souligne Jeremy Brant, VP en technologie de l’information de la Florida Capital Bank.

«Dans ces occasions, ou pour toute autre dans laquelle un vendeur vous demande votre numéro de carte de crédit au téléphone, choisissez de faire votre commande en ligne ou payez comptant et en personne.» Si ce vendeur de repas n’a pas de site (ou que celui-ci n’est pas sécurisé), utilisez des applications tierces, comme Seamless ou GrubHub, pour faire votre paiement.


5 / 10
Quand une compagnie de vente en ligne n’a ni commentaires ni recommandations
Avant de faire une quelconque transaction sur le Web, d’eBay à Etsy, il faut d’abord faire une recherche sur ce commerce en ligne. Si Google ne trouve qu’une occurrence dans le répertoire, sans évaluation, recommandation des consommateurs, ni compte dans les médias sociaux, méfiez-vous avant d’utiliser votre carte de crédit.

Ceci est vrai également pour tout autre type de commerce. «Internet offre des moyens efficaces pour vérifier la crédibilité d’une compagnie, ne vous en privez pas!», souligne Adam Jusko, fondateur et PDG de creditcardcatalog.com, un site de comparaison de cartes et d’information virtuelle. De plus, une recherche sur les sites Web de vos vendeurs, notamment leur adresse et numéro de téléphone, serait utile s’ils ne vous sont pas familiers. «La référence croisée de l’adresse et des numéros de téléphone par moteur de recherche établira leur correspondance avec ceux du commerçant.»


6 / 10
Lors d’un achat qui dépasse vos moyens
Ceci peut sembler évident, mais l’importante dette de cartes de crédit que beaucoup de gens accumulent prouverait le contraire. «Employez-les pour leur côté pratique et pour toute récompense qui s’y rattache, mais limitez-vous à ce que vous pouvez rembourser au complet à la fin du mois, conseille Adam Jusko. «Alors que certains ne font que creuser leur dette de cartes de crédit, d’autres qui l’emploient de façon rationnelle gagnent (ou économisent) des centaines de dollars.»


7 / 10
Quand un marchand s’éloigne avec votre carte
Cela se produit souvent lorsque vous payez votre facture dans un restaurant ou un bar. Tout devrait bien se passer, surtout si vous n’êtes pas à l’étranger. Mais laisser votre carte de crédit hors de votre vue à un vendeur pourrait permettre à celui-ci de la photographier et de la recopier pour un usage ultérieur. «Le Brésil est une destination risquée.

Lors des Jeux olympiques de 2016, beaucoup de gens se sont fait cloner leurs cartes au restaurant», raconte Mark Deane, président de ETS Risk Management de Bethesda (Maryland.) «Le responsable de la sécurité d’une grande entreprise racontait qu’il avait même pris un serveur en flagrant délit à sa table: il avait un appareil pour cloner sous sa veste. Le serveur a détalé.» Le mieux est de garder constamment l’œil sur votre carte, et de ne pas hésiter à demander aux commerçants quels autres moyens de paiement ils offrent. «De plus en plus, en Europe, le serveur apporte le terminal à votre table, une dynamique qui pourrait s’étendre également à toute l’Amérique du Nord», souligne Alex Cramer, responsable des transactions de Final, une start-up de cartes de crédit mobiles.

 
8 / 10
Lors d’un achat virtuel dans un point Wi-Fi public
Entrer de l’information personnelle dans un site (même sécurisé) est toujours risqué si la connexion Internet n’est pas fiable. Ceci comprend l’Internet public, ou tout réseau qui n’est pas protégé par un mot de passe. Toute information confidentielle (mots de passe, info personnelle et cartes de crédit) pourrait être lue par quiconque s’infiltre dans le réseau.

Il est préférable d’avoir une connexion sécurisée avant d’entrer toute information confidentielle, comme un mot de passe ou un numéro de carte de crédit. «Supprimez tous les réseaux Wi-Fi qui ne vous appartiennent pas et assurez-vous de protéger votre connexion Wi-Fi avec un mot de passe secret et solide», suggère Emmanuel Schalit, président du moniteur de mots de passe Dashlane. «Évitez toute connexion Wi-Fi incertaine (café du coin ou gratuit dans l’immeuble ou à l’aéroport), sauf si elle emploie un réseau privé virtuel (VPN ou RPV) sécurisé.»


9 / 10
Lors d’un achat à partir d’un ordinateur public
Si vous naviguez sur Internet avec un ordinateur public ou celui de quelqu’un que vous ne connaissez pas bien, protégez votre carte de crédit au maximum. «Les ordinateurs publics peuvent cacher des dispositifs ou des logiciels nommés enregistreurs qui retiennent toutes vos frappes, explique Robert McKee. Ils peuvent aussi contenir des logiciels malveillants et autres outils qui volent vos informations.»

La sécurité d’un ordinateur public vous étant inconnue, n’utilisez jamais de carte de crédit sur un site auquel vous avez eu accès par cet ordinateur. (Voici comment ne pas se faire pirater.)


10 / 10
Quand les fils de plastique d’un terminal sont visibles
Les appareils trafiqués des points de vente (camouflant un éventuel clonage de cartes de crédit) peuvent être difficiles à repérer, mais il y a une chose à vérifier et à éviter. Toute présence de fils de plastique exposés ou d’une anomalie dans les dispositifs que vous vous apprêtez à utiliser devrait être rapportée aux employés ou aux forces de l’ordre. «Les consommateurs devraient de plus en plus utiliser la fonction sans contact de leur carte plutôt que de glisser celle-ci dans le terminal, précise Alex Cramer. «En effet, la glisser permet de lire les données statiques de la bande magnétique derrière la carte. Le passage sans contact montre des données dynamiques de la puce frontale, un niveau de sécurité supplémentaire dans le processus de paiement.»

 

Source: https://www.selection.ca/maison/mon-argent/10-situations-ou-il-ne-faut-jamais-utiliser-sa-carte-de-credit-pour-le-paiement/?utm_medium=email&utm_source=srd_cettesemaine&_cmp=Cettesemaine-CEM&_ebid=Cettesemaine-CEM6/18/2021&_mid=421409&ehid=7b5a83490307449a5fd29f848105297bc30cd0b3

La Collection 90
En direct de 09:00 à 11:01
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.